texte
NEWS FESTIVAL ERIC GAUDIBERT PROGRAMME BIOGRAPHIES RESERVATIONS CONTACTS TARIFS

 

 

 

image



LES AMPLITUDES AU QUOTIDIEN, PHOTOS ©2013 PABLO FERNANDEZ

(cliquer sur l'image pour accéder aux galeries)

 

LE FESTIVAL


Festival monographique organisé tous les deux ans depuis 2003, Les Amplitudes consacrent leur édition 2013 à Eric Gaudibert.
En effet, nous avons décidé, suite à son subit décès, de garder l’essentiel du programme que nous avions élaboré en sa compagnie.
Alliant profondeur, recherche perpétuelle, rêve, virtuosité et modestie, cet incontournable compositeur suisse y succède à cinq créateurs marquants du monde musical actuel: Luc Ferrari, Georges Aperghis, Salvatore Sciarrino, Jacques Demierre, Rebecca Saunders.
Cette simple énumération manifeste notre volonté d’ouverture, attentive à faire la part belle à des musiciens novateurs et familiers de la collaboration avec l’ensemble du domaine artistique.

 

Télécharger la version détailée imprimable


Grâce à la vitalité socioculturelle de La Chaux-de-Fonds, Les Amplitudes offrent des conditions générales exceptionnelles aux compositeurs invités:

• La relation particulière, riche en lendemains, tissée au fil de la semaine entre les compositeurs en résidence, leurs intermédiaires artistiques et un public d’ici et d’ailleurs, curieux, de plus en plus ample et fidélisé.

• La rencontre interactive d’artistes de la région et de la scène internationale, à l’origine d’échanges aussi révélateurs que fructueux.

• La collaboration active et fondatrice, dans un projetindépendant de leurs saisons régulières, de deux associations à ce jour indispensables à l’essor culturel de la région:
> Le NEC - Nouvel Ensemble Contemporain
> Les CMC - Concerts de Musique Contemporaine.

• La coproduction d’Espace 2, qui assure un rayon-
nement helvétique et international depuis la première édition du festival en diffusant tous ses concerts et performances sonores en direct ou différé, avec relais mondial grâce à l’Union européenne de radio-diffusion/ UER.

• Une dynamique culturelle d’autant plus efficace qu’elle transgresse les références esthétiques coutumières, suscitant la participation active et durable des institutions scolaires de plusieurs niveaux et spécialités.

• Les qualités acoustiques exemplaires et la diversité des salles disponibles, du Centre de culture ABC (cinéma, salle d’exposition, plaque tournante et restaurant du festival), aux théâtres de L’heure bleue et du Théâtre Populaire Romand (TPR), en passant par le Temple Allemand, la Salle de Musique, le Musée des Beaux-Arts, l’immense espace de l’Usine électrique, la Salle Faller du Conservatoire de Musique neuchâtelois et le Club 44. Le tout grâce à la connivence développée au fil des ans entre les différentes associations culturelles de la ville.


Pour le comité du festival Les Amplitudes
Jean-François Lehmann
Président, coordinateur artistique


 

NEWS FESTIVAL ERIC GAUDIBERT PROGRAMME BIOGRAPHIES RESERVATIONS CONTACTS TARIFS
ERIC GAUDIBERT

Eric Gaudibert, figure cruciale de la musique nouvelle en Suisse, domine l’affiche de la sixième édition du grand rendez-vous biennal organisé à La Chaux-de-Fonds depuis 2003 autour d’une personnalité marquante de la création musicale, tant à l’intérieur que hors de nos frontières.
La soudaine disparition du compositeur au seuil de l’été passé ne pouvait que confirmer la décision de l’équipe responsable des Amplitudes de réaliser l’ensemble d’un projet établi en étroite collaboration avec leur invité central.

Personnage aussi dense que discret, qui s’imposait d’emblée par une retenue confinant à l’austérité, l’acuité de l’attention et la sobriété du propos, Eric Gaudibert avait choisi la musique pour exprimer pleinement l’énergie dont rayonnait sa présence.
Il lui a même voué sa vie, à la musique, pratiquant depuis les années 1960 toutes les activités propres à un musicien de formation académique: interprétation, théorie analytique, composition, la plupart du temps menées de front, en interaction constante.

A une mobilité d’esprit, une curiosité généreuse qui l’incitaient fréquemment à aller voir ailleurs et en ont fait un créateur des lisières, Eric Gaudibert joignait une faculté d’intériorisation méditative qui habite chacune de ses œuvres. Ses créations échappent aux estampilles d’école dont abusait le domaine musical durant la seconde moitié du XXe siècle. Elles se jouent des références stylistiques et suivent imperturbablement leur logique d’organismes autonomes intimement liés à leur prétexte, souvent littéraire. Une aussi persistante exigence d’authenticité tirait évidemment parti de l’ample culture du compositeur, de sa sensibilité affûtée, à large spectre sonore et visuel.

 


Déterminante dans la carrière d’Eric Gaudibert, son action pédagogique fut pour beaucoup, écoliers, étudiants, amateurs ou professionnels, à l’origine de la révélation des arcanes du répertoire classique, des musiques d’aujourd’hui, des traditions extra-européennes...
Aux Conservatoires de Neuchâtel et de Genève, cet engagement a favorisé l’essor de compositeurs tels que Michael Jarrell (successeur d’E.G.à la HEM de Genève) ou Xavier Dayer et Nicolas Bolens, très proches du musicien disparu, appelés à réaliser deux créations qui, initialement, lui avaient été commandées. Plus récemment, on doit à Eric Gaudibert l’émergence d’une lignée de créateurs-interprètes associant la maîtrise de l’écriture, de l’improvisation, des nouvelles technologies et du jeu théâtral à une impressionnante virtuosité instrumentale. De quoi irradier la vie artistique du pays tout entier et au-delà!
La somme des compositions d’Eric Gaudibert englobe les genres les plus divers, consacrés ou novateurs, instrumentaux et vocaux, du solistique à l’orchestral, de l’opéra à l’oratorio en passant par les variables de la musique de chambre, l’électro-acoustique, les incursions dans l’instrumentarium exotique: un foisonnement de rêve pourvoyeur des éléments monographiques des Amplitudes 2013. D’autre part, sur l’axe des œuvres signées Eric Gaudibert viendront s’articuler les créations sonores, visuelles, scéniques, en somme multimédiatiques d’Arturo Corrales, de Benoît Moreau et de Daniel Zea, trois jeunes musiciens en plein essor issus de sa classe de composition genevoise, en contact permanent avec leur ancien maître qui souhaitait leur intervention dans son aventure chaux-de-fonnière, fût-elle posthume.

En quatre soirées de semaine et un week-end, l’occasion de rencontres intenses avec le NEC - Nouvel Ensemble Contemporain, Jeune Opéra Compagnie, les artistes de la région ainsi que les ensembles et solistes invités par le compositeur dédicataire; dans des lieux aussi familiers que le Temple allemand, la Salle Faller, la Salle de musique, le Centre de culture ABC...


Jean Nicole
Conseiller artistique pour Les Amplitudes


 

NEWS FESTIVAL ERIC GAUDIBERT PROGRAMME BIOGRAPHIES RESERVATIONS CONTACTS TARIFS
LE PROGRAMME
 

Sauf précision contraire, toutes les œuvres sont
de Eric Gaudibert.

MARDI 14 MAI

MARDI 14 MAI, 18H

VERNISSAGE EXPOSITION
Théâtre ABC
(détails et horaires en fin de programme)


20H15
LE TOUR DU SUJET - CONFÉRENCE
La musique d'Eric Gaudibert
Club 44

Au prélude, coup de projecteur sur les multiples formes de collaboration artistique d’Eric Gaudibert. A travers le dialogue croisé - conduit par Anne Gillot - de quatre de ses amis férus d’expérimentation: un peintre plasticien et trois musiciens-compositeurs. Avec illustration instrumentale et électroacoustique.

Avec la participation du peintre Luc Joly et des compositeurs Emile Ellberger (membre de Digitalismus), Xavier Dayer et Daniel Zea.
Animation: Anne Gillot (Espace 2).

Deux ou trois pas dans le gris (1994) – 10’
pour contrebasse et accordéon

Contrebasse, Noëlle Reymond
Accordéon, Stéphane Chapuis

En partenariat avec le Club 44

> Télécharger le programme de mardi



MERCREDI 15 MAI

20H - PREMIERE PARTIE
HEKÂYAT - CONCERT
(diffusé en direct par Espace 2)
Corbak Festival, La Chaux-du-Milieu

Deux œuvres issues d’un travail d’immersion du compositeur au cœur de la musique afghane et du jazz. Rubâb (luth afghan), chant classique et trompette jazz dansent sur un fil tressé de musique écrite et d’improvisation. Au programme également, une séquence de pure tradition afghane.

Suite persane – 15’
de Khaled Arman

Rûbab, Khaled Arman
Zerbaghali, Siar Hashimi

Hekâyat (2003) - 20’
pour rûbab, hautbois, alto et percussion

Rûbab, Khaled Arman
Hautbois et hautbois baryton, Nathalie Gullung
Alto, Nicolas Jéquier
Percussion, François Volpé

It was not no melody (2000) - 22’
13 strophes pour voix de soprano, flûte basse, trompette (jazz), alto, et clavier
D’après le poème The Mad Fiddler de Fernando Pessoa

Soprano, Clara Meloni
Trompette, Erik Truffaz
Alto, Hans-Christian Sarnau
Flûte basse, Enza Pintaudi
Clavier, Bahar Dördüncü

> Télécharger le programme de mercredi



21H30 - DEUXIEME PARTIE
ERIK TRUFFAZ 4tet  FEATURING ANNA AARON - CONCERT

Corbak Festival, La Chaux-du-Milieu

Interprétation de leur dernier CD El Tiempo de la Revolución. Jazz et/ou «pop instrumentale» ? Des rythmiques drum’n bass au hip-hop, en passant par le rock, l’électro ou la musique indienne, le répertoire estampillé Truffaz, toujours aussi perméable, insatiable et aérien. A son jeu épuré alternant célébration de la lenteur et motifs débordants de swing se mêle la voix chaleureuse et mystérieuse d’Anna Aaron.

Erik Truffaz quartet featuring Anna Aaron – 60’

Trompette, Erik Truffaz
Basse, contrebasse, banjo, Marcello Guiliani
Batterie, Marc Erbetta
Piano, Fender Rhodes, Hammond B3, Benoît Corboz
Chant, Anna Aaron


Coproduction Corbak Festival (20e anniversaire)

> Télécharger le programme de mercredi



JEUDI 16 MAI

20H
LE REGARDEUR INFINI - CONCERT

(enregistrement Espace 2)
Temple Allemand

JOC - Jeune Opéra Compagnie
Choeur, Les Voix
Direction du choeur, Nicolas Farine
Récitant, Jacques Roman

Deux manières de mettre en œuvre, en chœur ou en solo, l’écriture et sa projection orale associée soit à la bande magnétique, soit à un duo instrumental de résonance ethnique et baroque. En tirant parti du contraste sonore de textes aussi typés que La Légende des Siècles, «l’immense fresque poétique» de Victor Hugo et les Écritures aussi concentrées que rigoureusement rythmées de notre contemporain Bernard Falciola.

Le regardeur infini (1987) – 27’
pour ensemble vocal, récitant, 3 percussions
et clavecin,
Texte de Victor Hugo

Récitant, Jacques Roman
Percussions, Didier Métrailler, Nicolas Curti et Olivier Membrez
Clavecin, Simon Péguiron

Trois chansons (1914-15) – 7’
de Maurice Ravel
pour chœur mixte sans accompagnement

Ecritures (1975) – 25’
Opéra parlé pour voix et bande magnétique
Texte, Bernard Falciola

Récitant, Jacques Roman
Direction artistique, Daniel Zea

Coproduction JOC - Jeune Opéra Compagnie

> Télécharger le programme de jeudi



VENDREDI 17 MAI

20H15
FORME ET DÉRIVES - CONCERT SYMPHONIQUE (diffusé en direct par Espace 2)
Salle de Musique

OCL - Orchestre de Chambre de Lausanne
Direction, Marc Kissóczy
Hautbois, Omar Zoboli

Au centre du programme, un chef d’œuvre de subtilité concertante axé sur le hautbois, créé sur mesure pour le soliste invité. De part et d’autre figure un choix de pièces instrumentales, représentatives de la maîtrise de l'espace et des atmosphères sonores descriptives ou imaginaires propre à Eric Gaudibert et au très visionnaire américain Charles Ives.

Jardins d’Est (1994) – 9’
pour orchestre

The Unanswered Question (1906) – 6’
de Charles Edward Ives
pour orchestre

Concerto «su fondamenta invisibili» (1991) –
1ère partie - 8’
pour hautbois et orchestre

entracte

Concerto «su fondamenta invisibili» (1991) –
2e partie - 10’
pour hautbois et orchestre

Central Park in the dark (1906) – 8’
De Charles Edward Ives
pour orchestre

Diamant d’herbe (1986) – 11’
pour orchestre

Remerciements à la Société de Musique de
La Chaux-de-Fonds

> Télécharger le programme de vendredi



 

SAMEDI 18 MAI

11H

FILM
Plan Fixe - Eric Gaudibert
Pianiste, compositeur, enseignant

Interrogé par le journaliste et producteur de la Radio suisse romande Jean-Pierre Amann, Eric Gaudibert, à son piano, nous invite à découvrir le climat propice à la création: acte poétique, toujours en devenir.

Film 16 mm noir & blanc. Durée env. 50 mn
Tourné le 02.11.2005 à Confignon (GE)

Image, Willy Rohrbach
Son, Pierre-André Luthy
Montage, Willy Rohrbach, Pierre-André Luthy
Assistant image, Frédéric Capt
Stagiaire, Jérôme Mayerat
Délégué de production, Michelle Deschenaux
 


17H

QUE DU CLAVIER ! - CONCERT-AUDITION
Conservatoire de musique neuchâtelois, Salle Faller

Compositeur genevois familier d’Eric Gaudibert et de ses créations, Nicolas Bolens apporte sa note personnelle au programme de pièces didactiques jouées par les élèves de piano du Conservatoire de Musique neuchâtelois. En dialogue avec les œuvres de son aîné et « par des citations, des hommages explicites ». Au final, passage à l’orgue avec Jetées, 11 séquences brèves couvrant l’essentiel des possibilités de l’instrument, parcourues dans un ordre au choix  de l’interprète.

Concert-audition des élèves pianistes du Conservatoire de musique neuchâtelois. Projet proposé et supervisé par Véronique Gobet, déléguée des classes de piano du CMNE.

Classes de Anne-Lise Mermet, Gille Landini,
Veneziela Naydenova, Emile Willemin,
Paul Coker et Véronique Gobet

Pièces pour piano - 20'
de Eric Gaudibert

Pièces pour piano en création mondiale*
- 40'
de Nicolas Bolens

Professeur de stage, Nicolas Bolens



18H30
CONCERT SOLO
Salle Faller

Jetées (1987) – 18’
Pour orgue

Orgue: Simon Péguiron

Coproduction CMNE - Conservatoire de Musique Neuchâtelois

> Télécharger le programme de samedi




21H (ouverture des portes à 20h30)

DIVERSION À TROIS - PERFORMANCES
Bikini Test

Création de Feedthrough, objet artistique en constante évolution, sculpture acoustique  envahissant l’espace de Bikini Test, à base de son électronique manipulé en direct par les compositeurs. Dans une scénographie mobile.
Conclusion hypnotique au gré de deux solos dansés (féminin-masculin), en performance avec électronique et bouilloires murmurantes ou sifflantes.

FEEDTHROUGH, création mondiale* - 30'
Réalisée par Arturo Corrales, Benoît Moreau et Christophe Bergon
Performance électronique et scénographique

électronique, Arturo Corrales
électronique, Benoît Moreau
scénographie et lumière, Christophe Bergon


22H30

Unum (2011) - 30'
Dance solo

Conception et chorégraphie, Thibaud Le Maguer
Création musicale,Daniel Zea
Création costume, Angèle Mignot
Dispositif lumière, Sophie Lepoutre
Conduite lumière, Thibaud Le Maguer et Daniel Zea


22H30

The Boiling Point (2011) - 20'
Pièce chorégraphique (dance solo)

Conception, chorégraphie et interprétation: Lucie Eidenbenz
Composition musicale et programmation numérique:
Daniel Zea
Costume: Aline Courvoisier et Lucie Eidenbenz

After show by: Cycle Opérant
Rétrocyclique & more !

Coproduction Bikini Test

> Télécharger le programme de samedi



DIMANCHE 19 MAI

GONG - CONCERTS

Le coup de tonnerre conclusif de l’œuvre (et de la vie) d’Eric Gaudibert, duel piano-grosse caisse assumé de bout en bout par le soliste, comme une lutte avec l’Ange! Dans un environnement instrumental intense et coloré.
En amont, les créations de quatre musiciens proches d’Eric Gaudibert, marqués par son enseignement et familiers des nouvelles extensions musicales (scène, danse, vidéo, électronique…). L’une, Que ce soit d’une même chute, signée Xavier Dayer, dérive de l’instrumentation particulière (cuivres-percu) de From steeples and the mountains de Charles Ives, joué en préambule.


16H

MINI - CONCERT ET APERITIF DE CLOTURE 
Temple Allemand

Nouvel Ensemble Contemporain - NEC

From the steeples and the mountains (1916) – 3’
de Charles Edward Ives
pour 2 pianos, trompette et trombone

 

17H
CONCERT DE CLOTURE
SOLD OUT !
(enregistrement Espace 2 - diffusion le
soir-même à 22 heures)
Temple Allemand

Nouvel Ensemble Contemporain - NEC

Que ce soit d’une même chute,
Création mondiale* - 6' 
de Xavier Dayer
pour trompette et trombone et deux percussions

Promiscuity, création mondiale – 15’
de Daniel Zea
pour ensemble

Encre et Trompette, création mondiale – 15’
de Benoît Moreau
pour ensemble

Descenso a Xibalbà, création mondiale – 15’
de Arturo Corrales
pour ensemble

Direction, Pierre-Alain Monot

Gong (2012) - 20'
pour piano concertant et ensemble

Piano, Antoine Françoise

> Télécharger le programme du dimanche



DURANT TOUT LE FESTIVAL

EXPOSITION
Salle de théâtre du Centre de culture ABC

Chaque édition des Amplitudes consacre à l'invité(e) une exposition dans le théâtre de l'ABC, axée sur les projets, esquisses, versions successives de ses œuvres qu'on peut percevoir comme de véritables créations graphiques. Les partitions d'Eric Gaudibert n'échappent pas à cette démarche illustrative, qui recourt également aux réalisations du peintre et plasticien genevois Luc Joly et du musicien électro-acousticien Emile Ellberger, deux artistes dont il fut proche. La visite s'impose, documentation discographique et livresque à l'appui !

Vernisage mardi à 18h, horaires de me – ve 12h-14h et 17h-20h. Sa 12h-20h et dimanche de 14h à 17h.



* Création mondiale

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATION

 

 
NEWS FESTIVAL ERIC GAUDIBERT PROGRAMME BIOGRAPHIES RESERVATIONS CONTACTS TARIFS
  BIOGRAPHIES      
 


Eric Gaudibert

Eric Gaudibert naît à Vevey (Suisse) le 21 décembre 1936. Après des études au Conservatoire de Lausanne, il continue son apprentissage à l’Ecole Normale de musique de Paris: piano chez Alfred Cortot, composition auprès de Nadia Boulanger et d'Henri Dutilleux. D’autres rencontres (avec Emile Leipp /acoustique  et Max Deutsch / analyse ) enrichissent cet apprentissage.

Jusqu’au milieu des années 1970, Eric Gaudibert mène en France une activité de pianiste et de compositeur. Il collabore avec les Maisons de la Culture (Bourges, Châlon-sur-Saône, Orléans...), mais aussi avec la RSR à Genève, notamment pour la réalisation de musique électro-acoustique. En 1968, la création de La harpe du silence par l’OCL sous la conduite de Victor Desarzens est déterminante pour sa carrière de compositeur.

Etabli en région genevoise, Eric Gaudibert enseigne piano, théorie et  composition au Conservatoire Populaire  ainsi que l'analyse au Conservatoire de Neuchâtel avant de prendre en main, jusqu'en 2004, la classe de  composition du Conservatoire supérieur/HEM de  Genève, qui le nomme professeur honoraire. Nombre de ses étudiants deviennent  des compositeurs confirmés: Michael Jarrell, Xavier Dayer, Nicolas Bolens, Jorge Pepi, Andreas Staude, Ludovic Thirvaudey, Laurent Mettraux  et tout un groupe de jeunes musiciens de sa dernière volée à la HEM, appelés à intervenir au cours de ces Amplitudes2013.
Le catalogue de ses œuvres montre un large éventail des genres, du solo à la pièce orchestrale avec ou sans apport  vocal en passant par l’opéra, le chœur et  diverses formations à géométrie variable incluant ou non l'électro-acoustique et la référence aux traditions musicales extra-européennes. Il reçoit en 1989 le Prix de composition de l’ASM pour l'ensemble de ses créations et le Prix de musique de la Ville de Genève en 1995. Plan-Fixe lui consacre un de ses portraits filmés en 2006 (à voir au cinéma ABC).

Eric Gaudibert décède le 29 juin 2012, quelques semaines après la création de Gong, son œuvre ultime qui sera donnée en conclusion des Amplitudes 2013.

«Il disait: je voudrais que mon langage soit tellement clair que les interprètes puissent improviser dans cette langue créée. Il y avait chez Eric Gaudibert la nécessité que la musique soit une sorte de grammaire. J’y vois une dimension spirituelle, quelque chose de l’apesanteur, de l’élévation.» Xavier Dayer



Xavier Dayer

Xavier Dayer, né à Genève en 1972, a étudié la composition dans sa ville natale avec Éric Gaudibert, puis avec Tristan Murail et Brian Ferneyhough à Paris (IRCAM). Il est lauréat de plusieurs prix de composition, dont le prix de la Fondation Bürgi-Willert décerné par Heinz Holliger et le prix FEMS de la fondation Sandoz décerné par Henri Dutilleux. Il a composé des œuvres pour le Grand Théâtre de Genève, l’Atelier lyrique de l’Opéra de Paris, le Festival d’Automne à Paris, l’IRCAM, le Festival de Lucerne, le Swiss Chamber Soloists, l’Ensemble Contrechamps, le Nouvel Ensemble Contemporain, ainsi que pour de nombreux autres ensembles et solistes.
Il enseigne la composition et la théorie à la Haute école des arts de Berne (HKB / HEAB) et y dirige la filière Master en composition et théorie dès 2009. Il fut pensionnaire de l’Académie de France à Rome – Villa Médicis en 2008-2009. Il est président de la SUISA depuis 2011.
Sa musique est éditée aux Editions Papillon et aux Editions BIM.



Nicolas Bolens

Nicolas Bolens, natif de Genève, commence sa formation musicale avec le pianiste et compositeur Arié Dzierlatka. Au Conservatoire, il obtient notamment un diplôme de piano et un prix de composition avec distinction dans la classe de Jean Balissat. Il bénéficie par ailleurs des conseils de compositeurs tels qu’Eric Gaudibert, Rudolph Kelterborn, Klaus Huber et Edison Denissov.

En 1990, première création publique avec Impacts pour cordes, percussions et piano par l’Ensemble Contemporain du Conservatoire de Genève. Lauréat en 1993 du Concours pour Jeunes Compositeurs organisé par l’Orchestre de Chambre de Lausanne, distingué par diverses fondations (Leenaards, Banque Cantonale Neuchâteloise...), il répond à de nombreuses commandes, entre autres du Trio Grumiaux, du Nouvel Ensemble Contemporain, de l’Orchestre de la Suisse Romande, etc.
Plus récemment il se forme aux techniques d’informatique musicale et aux technologies actuelles avec Eric Daubresse, assistant musical à l’IRCAM. Depuis 2004 ces techniques se trouvent intégrées de multiples manières dans son travail.
Parallèlement à son activité de compositeur, Nicolas Bolens a enseigné le piano et l’improvisation à l’Institut Jaques-Dalcroze ainsi que la composition au Conservatoire de Genève, en collaboration avec Eric Gaudibert. Actuellement, il enseigne le contrepoint, la composition et l’écriture du XXème siècle à la Haute Ecole de Musique de Genève. Il a présidé l’Association Suisse des Musiciens/ASM de 2004 à 2007.



Daniel Zea

www.danielzea.org

Designer et compositeur colombien, Daniel Zea vit et travaille à Genève. Il débute l’étude de la composition à Bogotá puis, dès 2001, suit à Genève des cours avec Eric Gaudibert et Michael Jarrell (composition); Rainer Boesch et Luis Naón (électroacoustique); Emile Ellberger et Eric Daubresse (informatique musicale); Kurz Sturzenegger (contrepoint) et Xavier Dayer (orchestration). Son univers artistique gravite autour de la musique instrumentale et électroacoustique. Depuis 2009, il collabore régulièrement dans des projets artistiques interdisciplinaires. Il donne des cours à la Haute Ecole d’Art et Design de Genève et des master-classes, des ateliers et des conférences dans plusieurs institutions en Suisse et à l’étranger (CNSM-Paris, HKB-Berne, Universidad de Lanus-Buenos Aires, USP-Sao Paulo). Il est membre fondateur de l’ensemble Vortex. Actuellement il participe comme compositeur référant au Programme de Recherche et Composition Chorégraphiques de la Fondation Royaumont en France.



Arturo Corrales

www.arturocorrales.com

Arturo Corrales est compositeur, directeur d’orchestre, guitariste, enseignant et architecte. Il se diplôme en architecture avant d’entreprendre des études musicales à San Salvador, sa ville natale. Il poursuit et conclut ses études à Genève et Lugano: composition et électroacoustique avec Eric Gaudibert, Nicolas Bolens, Michael Jarrell, Nadir Vassena, Rainer Boesch, Luis Naon et Eric Daubresse; direction d’orchestre avec Giorgio Bernasconi. Il obtient le Prix Edmund Pendleton en 2004. Il est l’invité de festivals européens tels qu’Archipel à Genève, Acanthes et Aujourd’hui Musiques en France, Nous Sons à Barcelone et se fait jouer en Amérique et en Asie. Il est co-fondateur de l’Ensemble Vortex à Genève et a obtenu un Master de musicologie à Paris VIII dans la classe du compositeur Horacio Vaggione. De caractère résolument expérimental, son travail de création est influencé par la musique folklorique et populaire. Actuellement il est professeur de composition et analyse au CPMDT, et travaille sur une thèse doctorale sur le thème «Figures Musicales».



Benoît Moreau

www.benoitmoreau.blogspot.com

Né en 1979, Benoît Moreau travaille particulièrement dans les domaines de la composition et de la musique improvisée. Diplômé du conservatoire de Genève en composition instrumentale et électroacoustique, il a suivi les cours de Michael Jarrell, Eric Gaudibert, Luiz Naon et Eric Daubresse. Il compose pour ensembles variables, acoustiques ou avec électronique, (commandes de l’Ensemble Contrechamps, la compagnie CH.AU, le Festival Usine Sonore, la Fondation Nicati, Boulouris 5, l’Ensemble Vortex, l’Ensemble Cercles…). Il confronte la musique à la performance, au cinéma et au théâtre. Sa démarche d’improvisateur se caractérise par la tentation de s’extraire de la pensée formelle liée à la composition, alors que par son travail de compositeur, il maitrise la spontanéité induite par l’improvisation. La matière sonore et tout ce qu’elle contient d’un point de vue physique ou non est sa principale source d’inspiration. Membre fondateur de l’Association Rue du Nord, il en organise également le Festival dédié à la musique improvisée d’aujourd’hui. Il participe aussi à l’organisation du festival Ohrwurm qui s’intéresse à l’art radiophonique.


 

 


Erik Truffaz

www.eriktruffaz.com

Très jeune, Erik Truffaz découvre la scène avec son père, musicien de variétés. Puis, étudiant au conservatoire de Chambéry, il rêve d’un avenir de rockeur.
L’album Kind of Blue de Miles Davis lui fait découvrir le monde du jazz. Agé de 30 ans, Erik Truffaz fonde un groupe qui remporte en 1991 le prix Spécial du concours national de La Défense et sort un an plus tard son premier album: Nina Valeria, avant de partir en tournée mondiale. De retour, Erik Truffaz rejoint Silent Majority, groupe jazzy hip-hop, pour une longue collaboration. En 1997 paraît, sous le label prestigieux Blue Note: Out of a Dream qui remporte un succès considérable! Aventurier de la création, le trompettiste nuance son jazz de rock, hip-hop, drum’n’bass et musiques du monde, invitant Pierre Henry, Anouar Brahem, Mounir Troudi et le rappeur Nya à travailler avec lui. Sa notoriété grandit suite à un concert à l’Olympia en 2001 ainsi qu’une tournée aux Etats-Unis, précédant l’enregistrement de Bending New Corners. Ladyland est encore plus éclectique: sorte d’intermède avant le retour en studio de la formation initiale, en 2003, pour The Walk of the Giant Turtle.
Il sera suivi par Saloua en 2005; le double CD Face à face en 2006 et Arkhangelsk en 2007.



Erik Truffaz 4tet

Erik Truffaz quartet est avant tout une entité collective, un son, une dynamique de groupe. Dès 1997 le groupe alors formé de Marcello Giuliani à la basse, Marc Erbetta à la batterie et Patrick Muller au clavier sort un premier album, out of a dream, sur le mythique label Blue note. Pour les albums The Dawn et Bending new corner, le rapper Nya rejoint le groupe et apporte une touche urbaine et poétique. Le clip Yuri’s choice aidera beaucoup à la popularisation de cette musique. Le groupe prend une dimension internationale, les tournées se succèdent, le bonheur est bien là, dans la matière sonore. Nouveau virage en 2003 avec The walk of the giant turtle, d’inspiration rock. Sophie Hunger, merveilleuse voix, sera l’invitée du 4tet pour 2 titres (une reprise de Dylan et un morceaux original). Marcello Giuliani ressort sa contrebasse et enregistre un titre au banjo… le groupe est reparti pour de bien belles aventures.



Le Nouvel Ensemble Contemporain (NEC)
www.lenec.ch

Le Nouvel Ensemble Contemporain NEC, créé en
1994 à La Chaux-de-Fonds, est constitué de 20 musiciens titulaires professionnels passionnés. Il donne à entendre les multiples facettes de la musique des 20e et 21e siècles, commande régulièrement des
créations et aime à lancer des passerelles entre différents modes d’expression artistique. Le NEC s’est
fait entendre dans toutes les grandes villes romandes
et alémaniques ainsi que sur la scène internationale,
notamment en France et en Chine. Ses concerts
sont régulièrement enregistrés et diffusés par des
radios helvétiques et européennes. Le chef titulaire
Pierre-Alain Monot partage régulièrement son pupitre
avec des invités tels que Pierre Bartholomée,
Jürg Wyttenbach, Heinrich Schiff ou d’autres. Des
solistes de premier plan accompagnent régulièrement
l’ensemble dans ses pérégrinations musicales:
Maria Riccarda Wesseling, Donatienne Michel-Dansac, Rahel Cunz, Jeannine Hirzel, Daniel Gloger, Patrick Demenga, Otto Katzameier... pour ne citer qu’eux.
Le NEC a enregistré pour Claves, Grammont et Neos.
Le NEC avec les CMC et Espace 2 ont fondé le festival



L’Orchestre de Chambre de Lausanne (OCL)
www.ocl.ch

Fondé en 1942 par Victor Desarzens, l’Orchestre de
Chambre de Lausanne fait rayonner loin à la ronde le
nom de sa cité d’élection. Formation de type «Mannheim», il donne une centaine de concerts par année sous la direction artistique de Christian Zacharias. Basé à la Salle Métropole de Lausanne, il est l’hôte régulier des grandes salles de Suisse, notamment lors de la tournée annuelle que produit Espace 2, partenaire privilégié depuis ses débuts. L’OCL est fréquemment appelé à l’étranger: on peut l’entendre dans des salles telles que le Théâtre des Champs-Elysées, l’Alte Oper de Francfort, le Musikverein de Vienne et le Teatro Colón de Buenos Aires, et lors de festivals comme les Folles Journées de Nantes et de Tokyo, les BBC Proms de Londres et le Festival d’Edimbourg. Partenaire de l’Opéra de Lausanne, il se produit en fosse plusieurs fois par saison. L’OCL est subventionné par la Ville de Lausanne et le Canton de Vaud, et fait partie de l’Association suisse des orchestres professionnels (ASOP). La plupart de ses concerts sont enregistrés par Espace 2 et mis à la disposition du public en écoute à la demande sur le site www.espace2.ch.



Jeune Opéra Compagnie (JOC)
www.jeuneopera.ch

Créé en 2006 par Nicolas Farine, rejoint ensuite par
François Cattin, JOC - Jeune Opéra Compagnie est
une structure professionnelle de création et de production d’ouvrages lyriques scéniques basée à La
Chaux-de-Fonds. Au sein de la structure, trois domaines interagissent: une unité de production, un
espace de spectacles avec des enfants ainsi qu’un
choeur professionnel (Les Voix). La formation s’articule autour de 16 à 30 chanteurs professionnels;
leur effectif est variable afin de s’adapter à chaque
projet avec ses spécificités de couleur et de style.
JOC a travaillé avec des metteurs en scène comme
Stephan Grögler, Gino Zampieri, François Racine ou
encore Anne-Cécile Moser. Le Théâtre du Passage à
Neuchâtel, le festival des Jardins Musicaux à Cernier,
les festivals de musique moderne de Kiev et Lvov
(Ukraine) ont accueilli Jeune Opéra Compagnie. Parmi
un grand nombre de concerts, il faut citer en 2005
l’opéra de F. Cattin, Et si Bacon… et en 2011 l’opéra
de U. Zimmermann, La Rose Blanche, tous les deux
accompagnés par le NEC. Ou encore en 2010 Cantigas (Ohana, Stravinsky, Darbellay, Frischknecht) et en 2011 Pendulum Choir (André et Michel Decosterd - Codact). Respect, défi, qualité et inventivité sont les principales valeurs qui sous-tendent leur démarche artistique.


 

 

 
NEWS FESTIVAL ERIC GAUDIBERT PROGRAMME BIOGRAPHIES RESERVATIONS CONTACTS TARIFS
RESERVATIONS


La prévente des billets est ouverte du jeudi 2 au samedi 11 mai, de 16h à 19h (sauf le dimanche),
et du lundi 13 au dimanche 19 mai, de 11h à 13h et
de 16h à 19h.

Nous prenons en compte les demandes de réservations par mail jusqu’à la veille du concert,
et par téléphone jusqu’à 13h le jour du concert.




Billetterie
reservations@lesamplitudes.ch
+41 (0)76 547 30 35


 

 
NEWS FESTIVAL ERIC GAUDIBERT PROGRAMME BIOGRAPHIES RESERVATIONS CONTACTS TARIFS
CONTACTS


Coordination générale
Daniela Droguett Fernandez

Rue Fritz-Courvoisier 25a
2300 La Chaux-de-Fonds

dansonddt@infomaniak.ch
+41 32 968 21 43



Coordination artistique
Jean-François Lehmann

Chargé de communication
Ludovic Huguelet


 
ARCHIVES


Les Amplitudes 2009




Les Amplitudes 2011


 

 
 
 
©2012 Les Amplitudes / Graphisme Anthony Pittet (CIFOM-EA) / Webdesign Ondes de Choc
lenec Espace2 Loterie Romande